Rencontrez, discutez et faites connaissance sur Des Histoires...
...
ESPACE AUTEUR (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
écrire une histoire Ecrire une histoire
Faites connaitre ce site :
 

La revole du diable, La bibliothèque

Auteur de recits


Récit écrit par Djibouti.
Auteur homme.    Contacts de l'auteur : ecrireverthotmailfr



histoire publiée le 23-03-2013
Catégorie :Fantastique, SF, Fantasy, Uchronie
Histoire 8386-d300

Titre : La revole du diable, La bibliothèque

Nouvelle  Cauchemard  Etres imaginaires 
 
 

La revole du diable, La bibliothèque


L’histoire se déroule dans la bibliothèque d’une grande librairie appelée «les livres nous livrent ». Le propriétaire de cette librairie n’était autre que George qui à travers lequel le diable donna des fins horribles aux fictions de l’époque. Cette fois George n’écrivait plus. Son visage était pâle. Depuis sa mésaventure, il avait maigri. Il portait toujours des lunettes mais il n’avait plus de chien. Pourtant célibataire aux yeux de tout le monde, la nuit tombée des cris d’enfants se faisait entendre de sa petite villa. Marie, sa bibliothécaire était sa voisine. Elle était jeune environ vingt trois ans et belle. Elle vivait avec Adam, un jeune homme de sa génération.

Tous les soirs Marie entendait des pleurs d’enfants et le grognement s des parents. Des parents pas ordinaires pour elle. Elle distinguait la voix caverneuse de son patron mais ce qui attirait son attention c’était l’autre voix. Ce n’était ni la voix d’un homme ni celle d’une femme. C’était une voix grave, parfois aigue. Mais ce qui figeait le sang de Marie c’était le moment où la voix devenait des sifflements d’un serpent et le cri de détresse de George. Les matins, elle n’osait rien demander à son patron, de peur de provoquer sa colère ou avait-elle peur de passer pour une curieuse sans doute. Toute la journée, George était plongé dans les livres et maudissait leurs auteurs. Des fois il se comportait d’une façon bizarre. Il arrachait des livres aux lecteurs les plus fidèles et demandait à Marie de les brûler. Il répondait aux lecteurs étonnés de sa conduite : « ces livres vous livrent au diable ». Indignés les clients s’en allaient et certains décidèrent de ne plus revenir.
Mais Marie considérait ce comportement comme une folie passagère et cachait les livres au lieu de les brûler. Elle accumula ainsi un tas de livres de fictions que son patron décida d’envoyer en enfer. Elle les cachait dans un coin bien secret de la bibliothèque.

La nuit était tombée. D’habitude, Marie rentrait toujours avant la nuit. Adam s’inquiéta et décida d’aller la chercher. Mais elle était déjà en route, et marchait pensive. A mi-chemin entre la bibliothèque et chez elle, Adam avançait d’un pas pressé. Marie lui fit signe de la main, accéléra le pas pour le rejoindre et soudain elle s’arrêta net. L’expression de son visage changea subitement, elle était horrifiée. Au dessus de la tête de son copain apparut une énorme couverture d’un des livres qu’elle cachait. Le dessin représentait une créature étrange. Le jeune homme se demandait ce qui arrivait à notre bibliothécaire. Il décida de la rejoindre pour s’assurer qu’elle allait bien. Mais elle reculait au fur et à mesure qu’il avançait vers elle. Enfin, elle s’arrêta. Adam la rejoignit et ils rentrèrent à la maison. Une fois chez elle, Marie raconta à son copain ce qu’elle avait vu juste au dessus de sa tête. Ce dernier la rassura et lui demanda de se reposer lui faisant la remarque qu’elle travaillait trop. Ce soir là, Marie ne pouvait dormir. Elle entendait les voisins, en l’occurrence la famille invisible de son patron. Elle était la seule à les entendre car à chaque fois qu’elle demandait à Adam si il avait entendu des cris, il lui répondait non. Elle n’arrivait pas à dormir et curieuse de découvrir l’origine de ces cris, elle décida de faire un tour dehors. Elle sortit dans la cour et entreprit de rendre visite à son patron. Mais avant de rentrer elle jeta un coup d’œil à travers la serrure. George était assis devant la cheminée et jetait des livres un par un dans le feu. A chaque fois qu’il brûlait un livre on entendait des cris horribles. Elle avait peur, et hésitait à rentrer. Soudain George se mit à parler. Elle chercha son interlocuteur en vain. Elle ne voyait personne, on dirait qu’il parlait tout seul. Tout à coup un détail la frappa. Elle ne voulait pas y croire mais elle a bien vu le tas de livres se déplacer. Et George essayait de les rattraper. Quelqu’un ou quelque chose voulait l’empêcher de brûler les livres. Marie préféra retourner chez elle. Mais elle resta éveillée toute la nuit guettant la porte et les fenêtres. Le matin elle se présenta à la bibliothèque comme d’habitude. Le patron était là et la fixa longuement puis lui montra un livre sans écritures ni dessins. Sur la couverture on distinguait à peine des traces de dessins et dans les pages les traces des caractères. A la fin du livre tous les caractères étaient là rien n’avait disparu. Cette fin n’était pas celle que souhaitait le Diable. Marie se demandait que vouloir dire son patron et essaya de tirer au clair ce mystère. Elle se rendit à l’endroit où elle cachait les livres que son patron lui demandait de brûler. Certains livres manquaient. Parmi lesquels l’apparition de l’autre soir au dessus de la tête de son copain. Elle frissonna et regarda autour d’elle. George se tenait debout dans sa main droite des textes et dans sa main gauche les dessins des créatures le tout en trois dimensions. Il lança ses mains comme pour jeter quelque chose et dans un éclair de feu les textes se détachèrent de sa main pour couvrir le toit de la bibliothèque. De sa main gauche surgit des bêtes horribles. George s’adressa à Marie dans une langue très ancienne qu’elle put comprendre grâce à sa fonction. Elle crut entendre qu’il disait : « les livres nous livrent au diable ». Cependant, les bêtes ne s’attaquaient pas à Marie elle les contournaient pour déchiqueter les clients. La bibliothèque fut la scène d’un véritable carnage. Le sang et les morceaux de chair couvraient le sol comme une moquette rouge. Marie tenait dans sa main un livre racontant l’histoire des anges et des hommes fidèles au bon dieu. L’auteur de ce livre était anonyme.
Marie essayant de sortir de la bibliothèque, remarqua que George se tenait devant une rangée de livres et avec ses mains, en extrayait le contenu qu’il libérait au fur et à mesure. Dehors le ciel s’assombrit. Les gens courraient dans tous les sens pour échapper aux animaux sorti de nulle part. Marie effrayé se dirigea en courant vers sa demeure. Elle était protégée par quelque chose car aucune bête ne l’attaquait. Arrivée chez elle, Marie s’enferma dans sa chambre. Tout à coups elle pensa à Adam. Qu’est il devenu ? Elle se posait sans cesse cette question jusqu’à ce qu’une voix lui réponde : « Adam va bien mais vous vous avez une mission à accomplir ».
Elle demanda : « qui êtes-vous et que me voulez-vous ?
La voix : « ne vous inquiétez pas nous sommes les amis d’Adam nous ne te ferons pas de mal, nous voulons tout simplement vous aider ainsi que votre monde ». Sur ce, quelqu’un frappa à la porte. C’était Adam mais Marie avait trop peur pour ouvrir. Alors il décida d’entrer par ses moyens. Il passa à travers les murs et apparut subitement dans la chambre de Marie. Cette dernière effrayée poussa un cri puis perdu connaissance. Adam la porta jusqu’au lit. Petit à petit elle se réveilla et quand elle vit Adam, la jeune fille sursauta et se recroquevilla sur elle-même pour se cacher. Adam la rassura en lui dit : « les livres que tu cachaient devaient brûler car ils renfermaient des histoires horribles. Ton patron, le pauvre George est depuis longtemps sous l’emprise du diable. Malgré tout il a essayé d’empêcher ces créatures d’envahir votre monde en te demandant de brûler certains livres. Mais ton insouciance et ta naïveté ont sauvé ces êtres maléfiques. Heureusement tu as gardé un livre précieux. Ce livre seul peut sauver votre monde alors fais en bon usage ». Puis il disparu. Marie était morte de peur. Elle regardait partout et ne bougeait plus. Une autre voix s’adressa à elle : « jeune fille tu es à moitié responsable de ce qui arrive. Si tu ne veux pas que ton monde soit complètement anéanti par ces créatures alors lèves toi et prends ton livre ». Elle s’exécuta sans tarder. La voix : « tu n’as qu’à lire jusqu’à ce que tu nous ouvres le passage vers votre monde. Après ce sera à nous de jouer. »
Marie commença à lire tout de suite et elle continua jusqu’à un passage disant ceci : « la force du bien triomphe toujours, le diable et ses serviteurs vivront en enfer ». A peine finit-elle de prononcer le dernier mot qu’un bruit assourdissant la fit sursauter. Elle regarda à travers la fenêtre et aperçut Adam qui fut pendant tout ces temps son petit copain, sur un cheval tout blanc. Il avait dans sa main une lance en forme d’éclair qu’il dirigeait vers les créatures. Ces dernières tombaient carbonisées comme si la foudre les avait frappés. Plus loin de chez elle, une femme aux cheveux blancs tenait le même objet et massacrait les bêtes. Un troisième homme toujours avec le même objet, mais plus grand le dirigea vers le ciel qui s’éclaircissait petit à petit.
Soudain George et les trois guerriers blancs se retrouvèrent face à face. De la main de George jaillissaient des créatures et les trois guerriers les assaillaient avec la foudre de leurs objets.
Après un long et pénible combat George tomba sur ses genoux et l’attaque des bêtes cessa un moment. Tout à coup une voile noire et rouge sang couvrit le corps de George qui se releva. Ses yeux devinrent rouges et il se remit à relâcher les créatures. De la voile surgit le diable. Il était énorme et avait une tête de serpent. Il cracha une substance visqueuse d’une couleur jaune se rapprochant un peu de l’orange. Les trois guerriers esquivèrent le coup et appelèrent tous ensemble : « o ! Dieu est-ce la fin de ce monde ou avons-nous la chance de vaincre votre ennemi de toujours » ? Une seconde après, une lumière blanche descendit du ciel et envahit nos trois sauveurs. Ces derniers fermèrent les yeux et restèrent ainsi quelques minutes. Pendant ce temps tout était bloqué, figé. Ni le diable, ni George ne pouvait bougé. C’était sans doute la volonté de Dieu. Et soudain voila que les trois guerriers appellent tous ensemble Marie. Elle mit un temps avant de se décider à sortir. Finalement elle rejoignit Adam et les autres. La femme lui dit : « toi seule peut vaincre le malin et son armée, car Dieu nous l’a dit. Alors prend ce bâton et frappe le diable sur la tête ». La jeune fille ne comprenait pas comment elle y arriverait et resta immobile pendant un moment. Comme pour lui donner une réponse une lumière plus blanche que celle envoyée aux trois guerriers, descendit du ciel et pénétra dans son corps par le haut du crâne. Elle devint toute blanche et avec le bâton que lui tendit la femme guerrière elle s’envola en direction du diable et le frappa à la tête. Le diable explosa en mille morceaux et George tomba raide.
Après un moment tout redevint normal. Et les trois guerriers disparurent. Marie se dirigea vers son patron qui gisait au sol. Il ne bougeait plus, il était mort. La police et les pompiers emportèrent le corps de George et Marie. Après un petit interrogatoire Marie rentra chez elle. Elle se posait plein de question a propos de son ex-copain. Elle ouvrit puis referma la porte derrière elle. Ensuite elle se laissa tomber lourdement sur le lit et ferma les yeux un instant. Quand elle ouvrit les yeux Adam se tenait près d’elle avec un bouquet de fleur à la main. Elle lança vers lui un regard plein de questions. Il lui expliqua qu’ils faisaient désormais partie des guerriers blancs tous les deux et qu’ils avaient la responsabilité de protéger ce monde contre les autres mondes où règne le diable.

Fin



Faites connaitre cette histoire :

 



 



Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur (et seulement à l'auteur, elle n'apparaîtra pas sur le site) ? Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

 
histoire gratuite La revole du diable, La bibliothèque

Soyez le premier à donner votre avis, après lecture, sur cette histoire...





   
Copyrights...
© tous droits réservés à øø des-histoires.com øø