Rencontrez, discutez et faites connaissance sur Des Histoires...
...
ESPACE AUTEUR (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
écrire une histoire Ecrire une histoire
Faites connaitre ce site :
 

Le passé , tout ce qui reste

Auteur de recits


Récit écrit par Mick_33.
Auteur homme.    Contacts de l'auteur : mick_33hotmailcom



histoire publiée le 02-12-2013
Catégorie :Autobiographie, Journal intime, Mes rêves, Tranches de vie, Récits de voyageurs
Histoire 8469-m723

Titre : Le passé , tout ce qui reste

Autobiographie  Jeunesse  Souvenirs 
 
 

Le passé , tout ce qui reste


Le passé , tout ce qui reste

Jeudi ,en après-midi. Les rayons ardents de notre étoile font flirter la température extérieure avec les 35 degrés. Une autre journée de juillet , dans cette petite ville de vingt mille âmes sur la rive sud de Québec. Autour de moi , de jeunes enfants crient dans les jeux d’eau qui font du parc municipal un endroit très fréquenté. J’aime bien cette atmosphère , mais observer ces jeunes enfants qui représentent l’innocence et le bonheur dans toute leur simplicité me trouble profondément. Il y a de cela quelques années à peine , j’étais comme eux.

Du haut de mes 19 ans , j’enviais carrément la vie qu’avaient ces enfants. Rien de bien compliqué comme existence , pourtant tout ce qui a de plus satisfaisant. Se lever le matin , déjeuner , aller voir ses amis pour la journée entière , puis retourner au logis familial pour se restaurer , et recommencer ainsi pour chaque jour des vacances. J’ai ainsi vécu mon enfance , mais j’aurais aimé que ce passé soit le présent , pour une période indéfinie.

Si au début c’était presque le cas , la nature humaine qui est inculquée de façon générale m’a vite rattrapée. Par la nature humaine , j’entends ici le désir de la réussite sociale et professionnelle , qui pourrait facilement passer pour une obligation dans certains cas.

Je considère que cet aspect de la nature humaine vient en vieillissant. J’ai fini par vieillir , et cette si belle passe de la vie s’est écoulée vite bien malgré elle. Si une belle passe se termine , évidemment une autre doit la remplacer. C’est exactement la situation qui a amené toute la problématique pour laquelle je suis troublé en ce jeudi après-midi , au parc municipal en voyant des enfants s’amuser.

Retour en arrière. Il y a près de quatre ans. Mes amis et moi venions tout juste de terminer notre troisième secondaire. L’été ne cognait pas à notre porte , il l’avait littéralement défoncée en nous offrant des températures dignes de la Californie. Heureux de cette situation plutôt rare au Québec , nous passions nos journées entières à se baigner et à arpenter la ville avec une seule intention : avoir des vacances digne de ce nom. Pour ma part , je venais à peine de renouer avec cette gang de gars avec qui j’étais très proche , quelques années auparavant lors du primaire. Tout juste ressorti de la période de l’enfance , nous voulions tous vivre notre adolescence de la même manière que notre enfance , c’est-à-dire en ayant le plus de plaisir possible.

Si nos premières années d’adolescence se sont passées d’une manière très décontractée et dépourvue de sérieux , le futur nous en réservait encore plus , sans que nous le sachions. Au début de l’été de nos 17 ans , chaque gars ou presque avait sa voiture. Cette nouvelle caractéristique ne fit que décupler notre plaisir , en nous permettant de nous déplacer et d’avoir une liberté incroyable, chose que nous n’avions pas toujours dans le passé. Cet été de 2011 fut le meilleur de ma vie. Enchaînant les nuits blanches à un rythme inimaginable , c’est totalement fatigué et dépourvu de toute motivation que j’entamai ma dernière année au secondaire.

Cependant , un événement en particulier a contribué à rendre l’été 2011 encore plus incroyable.

Il y a dans ma ville un événement ayant pour nom le Festivent. D’une durée de cinq jours , ce festival offre des manèges , des envolées en montgolfière et surtout des spectacles aux nombreux visiteurs. Il se tient vers la fin des vacances , au parc municipal , qui a la caractéristique toute simple d’être gigantesque. C’est lors de ces populaires festivités que j’ai rencontré l’amour pour la première fois. Rencontre totalement hasardeuse provoquée par une amie en commun. Et voilà , j’étais en amour. Au début , j’était craintif. Énormément. Je finis cependant par m’habituer à partager ma vie et j’en était très heureux.

Retour dans le présent. Inutile de s’éterniser sur les deux années qui suivirent les derniers événements racontés , ce fut deux ans d’activités avec mes amis et avec ma blonde , mais pas nécessairement dans cet ordre de fréquence , ce qui me rendait encore et toujours très heureux. Le rêve que je chérissait était réel dans ce temps-là , je vivais réellement mon adolescence en ayant le plus de plaisir possible.

Jusqu’à ce que tout bascule.

Un soir de novembre 2013 , celle qui était dans ma vie depuis plus de deux ans me quitta. Nous quitta. Renversée par une voiture , elle s’éteignit sans que je ne puisse lui dire le moindre au revoir. Étant enterrés sous les examens de fin de session et l’étude que cela représente , nous ne nous étions pas réellement parlés depuis quelques jours. Cette nouvelle me rendit totalement inapte à terminer ma session au collégial. Plongé dans un profond chagrin , je perdis totalement contact avec ce qui était auparavant mon univers. C’est en réfléchissant longuement que je m’aperçus que j’avais grandi , et que l’avènement de ma blonde dans ma vie m’avait progressivement éloigné de mon rêve lointain , qui était de rester enfant. C’est dans un mélange de nostalgie et de tristesse que je me repasse le film de mon adolescence , principalement cet été de 2011 qui voulait tout dire pour moi. C’était le bon temps , là où mon rêve était plus que possible.

Là où j’était encore un enfant , dans un corps d’adolescent.

Les enfants qui jouent exactement à la même place que j’ai rencontré ma blonde , il y a plus de 2 ans , dans le parc , me font penser à ce rêve que j’avais prononcé. Celui que j’ai réalisé jusqu’à ce que la vraie vie vienne m’enlever ma raison de vivre.

Ces enfants me troublent , car ils ne savent pas ce qui les attends. Peut-être vont-ils être d’éternels enfants , ou alors basculeront-ils dans les créneaux adultes , dépourvus de tout plaisir , que j’ai tenté d’éviter?



Faites connaitre cette histoire :

 



 



Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur (et seulement à l'auteur, elle n'apparaîtra pas sur le site) ? Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

 
histoire gratuite Le passé , tout ce qui reste

 

C'est vraiment bien écrit, je pense que les meilleurs auteur sont ceux qui on du vécu, c'est vraiment triste j’espère que vous allez mieux, le temps ne s'arrete pas Est ce que vous écrivez encore ?

 





   
Copyrights...
© tous droits réservés à øø des-histoires.com øø