Rencontrez, discutez et faites connaissance sur Des Histoires...
...
ESPACE AUTEUR (pas encore inscrit)
 
mémoriser     [Mot de passe perdu ?]
écrire une histoire Ecrire une histoire
Faites connaitre ce site :
 

Amnesia

Auteur de recits


Récit écrit par Rebel.
Auteur femme.



histoire publiée le 06-12-2014
Catégorie :Fantastique, SF, Fantasy, Uchronie
Histoire 8483-r99

Titre : Amnesia

Horreur  Angoisse  Cauchemard 
 
 

Amnesia


"Mort de 2 jeunes femmes" voilà le titre du journal de ce matin, je lisais l'article quand quelqu'un entra dans la pièce, je me retournai et vis Alexis, mon meilleur ami
depuis toujours, un grand sourire enthousiaste aux lèvres. Il s'écria, tout excité:
- Alors, alors, on y va, hein? Hein?
- Mais où ça? demandai-je
- Bah sur le lieu du double-crime
- Le double-crime? Un nouveau mot? me moquai-je
- Oui, il vient de moi, se vanta-t-il, mais dis oui s'il te plait, me supplia-t-il en me faisant les yeux doux.
- A une seule condition, que tu
arrêtes de faire cette tête bizarre, répondis-je.

Véxé, il me tourna le dos. Je regardais l'article et vis que les meurtres s'étaient passés dans une certaine forêt, l'"Amnesia". Je relevai la tête vers Alexis, qui s'était retourné et me regardait avec des yeux étincelants. Je lui dis avec un petit sourire:
- Va preparer ton sac, nous partons ce soir.
Il partit en courant et en criant de joie vers sa chambre, je jetai un dernier coup d'oeil sur l'image des corps sur le journal avant de partir moi aussi.

J'attendais sur le seuil de la porte quand Alexis déboula des escaliers et courrut vers moi. Il me pris dans ses bras et me secoua dans tout les sens en me remerciant. Quand il me relâcha, je tombai par-terre et essayai de reprendre mon souffle. Je me relevais doucement et le regardais dans les yeux, il me demanda:
- Ça va, t'es sûre?
- Oui, même si j'ai failli mourir, lui retorquais-je.
Il rigola, avant de partir vers la voiture en sautillant. Je le suivis avec difficulté. Il prit le volant tandis que je me laissai tomber lourdement sur le siège passager et nous prîmes la route.

Vers 19h, nous arrivâmes enfin dans un petit village du nom de Hellwood, nous descendîmes de voiture. Pendant que Alexis reprenait nos sacs dans le coffre, j'observais le paysage, une immense forêt s'étendait à nos pieds. Je remarquais un clignotement bleu et rouge à une centaine de mètres de là qui s'éloignait. La police venais tout juste de quitter les lieux. Alexis se tenait près de moi et regardais dans la direction des lumières. Nos regards se croisèrent, nos mains se rencontrèrent et nous entrâmes dans les ténèbres.


J'avais l'impression d'être dans un cauchemar, cet univers avait un aspect fantastique, incroyable. La forêt était obscure, de grands arbres noirs s'élevaient au dessus de nos têtes.Les yeux dorés des hiboux et des chouettes rendaient cet endroit terrifiant. Des chauves-souris voletaient a travers les branches me faisant sursauter a leurs passages. Le vent qui soufflait, répandait une étrange musique. Les arbres étaient crochus comme les doigts d'une sorciere.
Soudain, un grand hurlement de loup retentit. Je serrais plus fort la main d'Alexis. Cependant je crus voir l'animal assis en haut d'une falaise qui surplombait les bois. Je ne pus distinguer qu'une fourrure noire et de sublimes yeux rouges.
Nous continuâmes à avancer dans la lumière du crépuscule. Au bout d'une heure, une clairière s'offrait devant nous, Alexis me dit:
- Nous allons passer la nuit ici.
- D'acc... D'accord, répondis-je en tremblant de froid.
Il me tendit son manteau, je le remerciai en balbutiant. Il monta la tente, tandis que je cherchai du petit bois pour faire un feu.

Je m'assis, plus tard, auprès de la source de chaleur, Alexis me rejoignit avec un paquet de chamallow et des pics a brochette.
Je le regardai s'approcher avec un léger sourire, il me prit dans ses bras pour me réchauffer. Soudain un cri de femme interrompit notre enlacement. J'attrapai deux lampes-torches dans mon sac et une fois de plus nous nous enfonçâmes dans l'horrible forêt. Les feuilles mortes crissaient sous nos pas. Nous courrions dans la direction du cri lorsqu'un autre hurlement, d'homme cette fois-ci, retentit dans la
nuit. Alexis me prit la main et accélèra. Je me pris les feuilles dans le visage et les ronces dans les jambes. Nous arrivâmes dans une clairières semblabe à la nôtre. Au milieu, deux masses sombres gisaient sur le sol. Nous nous précipitâmes vers elles et là, horreur, les deux corps avaient la poitrine déchiquetée, un énorme trou au niveau du coeur, des traces de lutte sur les bras et leurs visages étaient maculés de sang. J'aperçus une petite morsure au niveau de chacun de leur cou. Je m'approchais prudemment de la femme et passa mon index sur les traces de dents. Un liquide s'en échappa. Ce n'était pas du sang mais une etrange mixture jaunâtre. Je l'approchai de mon nez et fus prise d'un violent vertige qui me fis tomber en arrière. Alexis me rattrapa de justesse et me déposa sur le sol. Il me dit:
- C'est surement du poison ou un sédatif puissant.
- En tout cas le meurtrier leur a injecté une dose à chacun, concluai-je.
Alexis repartis vers les corps. Je restait assise en me demandant quel genre de monstre pouvais empoisonner ses victimes avant de les tuer. Je me relevai et marchai jusqu'à mon ami. A mon approche,celui-ci me dit:
- Regardes, il y a de longues traînées de sang par terre.
- Cela veut dire que... reflechis-je
- Que les corps ont été déplacés volontairement! Me coupa-t-il.
Nous suivîmes les traces qui menaient jusqu'à leur tente, nous nous figeâmes. Il y avait quelque chose là-dedans.

Alexis decida de regarder à l'intérieur, je me cachais derrière lui. Il attrapa d'une main ferme la fermeture-éclair, je fermai les yeux, il cria, je les rouvris. Je ne vis que des griffes sur les épaules de mon protecteur, avant que celui-ci ne s'écroule dans mes bras, je distinguai une petite morsure semblabe à celles des autres victimes. Quand je remarquai une augmentattion de la lumiere derrière moi, je posai delicatement Alexis, me retournais et vis les corps du jeune couple en feu. Je regardai, paniquée, autour de moi, j'aperçus une gourde dans l'herbe, l'attrapai, couurus vers les corps et jetai son contenu. Les flammes repartirent de plus belle, je ne comprenais pas.
Mais quand je mis la gourde a mon nez je sentis une désagréable odeur d'alcool.

Soudain, j'entendis un ricaneement, je tournai la tête vers Alexis et là, une silhouette diforme apparut d'entre les arbres, elle avait une fourrure couleur d'ébène et de grands yeux rouges, je crus reconnaître le loup de la falaise, mais un animal ne pouvais pas ricaner. Il se rapprochait dangereusement du corps de mon meilleur ami. A la lueur des flammes, je vis sa tête, de grandes oreilles rabattues en arrière se collaient sur son crâne, sa petite bouche laissait apparaître des dents aiguisées. Quand il fut à côté d'Alexis, il leva son grand bras frèle, de longues griffes apparurent au bout de sa main, qu'il plongeat dans ce corps inerte. Je hurlais de douleur pour lui et tombai a genoux.
Quand la bête releva son bras, Alexis cria de detresse et resta sans vie dans l'herbe. Je regardai le meurtrier avec un regard noir, je m'essuyai les yeux, laissant des traînées de boue sur mes joues. Je me relevai, une lueur de folie et une montée d'adrénaline me permirent d'avancer vers le monstre.
L'angoisse me reprit et la peur me figeat lorsque je vis, planter des les griffes du meurtrier, le coeur d'Alexis encore battant. Sa petite bouche s'élargit jusqu'à prendre la moitié du visage de la bête, ses oreilles se relevèrent et il avala le membre encore palpitant, en faisant gicler le sang. Prise de panique, je pris une lampe de poche et courus en direction de la forêt. Les branches, les roncesme
griffaient le visage faisant couler le sang. Je m'enfonçai dans les bois en regardant derrière moi. Soudain la bête apparue devant moi, accrochée à une branche, je hurlai de frayeur et commençai à pleurer.
Elle me regardait avec un sourire sadique.

Je pris mon courage à deux mains et hurlai:
- Pourquoi? Pourquoi faire ça? Ma voix était secouée de sanglots, A quoi ça sert? Dis le moi! Réponds!
N'attendant aucune réponse,
j'enfouis mon visage dans mes mains.
- Pour... Survivre.
- Tu parles? Non ce n'est pas possible , dis moi que c'est un cauchemar, dis-je désorientée
- Tout ça est bien réel et je vais te tuer! Mais préfères-tu que je te mordes ou que tu souffres? ricana-t-il.
- Non, je t'en supplie, par pitié,non...
- Je n'ai aucune pitié, mais je ne te mordrai pas, je veux t'entendre crier, répondit-il en rigolant
- Non, ne fais pas ça.., le suppliai-je

Sans m'écouter, il me fit tomber au sol en me donnant un grand coup dans les genoux, je les entendis craquer et hurlais de souffrance. Il me tordit le bras violement, ce-dernier se cassa. Je criai de plus belle.
Pour passer de l'autre côté de mon corps, il me marcha sur le ventre me faisant cracher du sang. Il m'attrapa une cheville, j'essayai de le faire lâcher prise en le frappant avec mon autre pied, mais il me la brisa d'un coup sec et me déchiqueta la peau jusqu'à l'os. Plus aucun son de sortait de ma bouche, ma voix s'était assourdie sous la douleur.
Maintenant, je ne devais plus crier, mais respirer. La bête se mit au dessus de moi, elle leva son bras, ses griffes semblaient sortir de sa peau. Il déchira mon tee-shirt, me fit une entaille en forme de crois au niveau du coeur et me planta l'une de ses griffes en plein milieu. Je versai toutes les larmes de mon corps. Il remua son doigt dans la plaie pour me trancher les vaisseaux sanguins et les artères, du sang giclait. Je souffrai tellement que j'espérais que tout s'arrête, maintenant, que je tombe dans les pommes mais que cette douleur se stope. Je le vis ricaner et me regarder droit dans les yeux avec une lueur sadique dans le regard. Il me perça entièrement la poitrine et m'arracha le coeur. Un rictus apparu sur le visage du monstre avant qu'il ne mange mon coeur et que je partes à jamais.

Dans mon esprit, ma vie repassait vitesse grand V: les moments de rires avec Alexis, mon enfance a l'école, les noëls aux coin du feu avec ma famille, mon premier baiser.
Tous les meilleurs moments de ma vie mais aussi les pires comme la mort de mon grand-père, le suicide de ma meilleure amie, le cancer de ma mère ou encore mon accident de voiture avec Alexis. Un dernier éclair blanc puis plus rien, le noir total...

Le lendemain, dans une petite ville, un homme prenais son café sur une terrasse quand une magnifique brune arriva, un journal sous le bras, elle le dit tendit et après quelques secondes dit:
- On va voir ce qu'il se passe là bas?
- Allons-y!
Au fin fond d'Amnesia, un oeil rouge s'ouvris et un grand rire gutural retenti faisant fuir une nuée de corbeaux.
FIN...



Faites connaitre cette histoire :

 



 



Vous êtes :
Indiquez votre adresse mail si vous souhaitez la communiquer à l'auteur (et seulement à l'auteur, elle n'apparaîtra pas sur le site) ? Sinon, laissez vide :


° Recopiez le code suivant :
 
>
*




 

 
histoire gratuite Amnesia

 

L'histoire aurait pu être bonne, mais tout va trop vite. Pourquoi vont-ils dans la forêt ? Pour enquêter sur le double homicide ? Par curiosité ? Un peu plus travaillé, l'histoire aurait pu être intéressante.

 





   
Copyrights...
© tous droits réservés à øø des-histoires.com øø